Est-ce que la véranda compte dans la surface habitable ?

Salle à manger, jardin d’hiver ou bibliothèque, la véranda constitue une surface de vie à part entière. Au-delà de 20 m², elle entre dans le calcul fiscal des impôts locaux.

Véranda : l’option confort de la maison

À l’ancienne ou ultra contemporaine, lumineuse, élégante et aujourd’hui parfaitement isolée, la véranda s’introduit en douceur dans l’atmosphère de la maison en lui offrant un complément d’âme. Salon, jardin d’hiver ou salle de jeu, cette pièce presque entièrement vitrée incarne bien plus qu’un simple prolongement de l’espace. Bien dessinée, bien orientée, elle contribue au bien-être de ses occupants en leur assurant un confort de vie inégalable toute l’année.

Mais, plus prosaïquement, qu’en est-il de cette extension d’un point de vue administratif et fiscal ? La véranda intervient-elle dans le calcul de la surface habitable d’une propriété ? Sa construction nécessite-t-elle le dépôt d’un permis de construire ? Et combien coûte ce cadre idyllique au m² ?

Déclarer sa véranda auprès des services fiscaux

Les questions autour de la surface habitable d’une véranda sont nombreuses sur les forums. De toute évidence, toute extension de l’espace de vie revient à valoriser une habitation. De fait, en cas de revente de la propriété, la véranda entre bien sûr dans le calcul de la plus-value immobilière.

De même, comme toute extension, une véranda doit être déclarée aux services fiscaux. Le calcul de la taxe d’habitation (en voie de suppression) prend en compte « toutes surfaces closes et couvertes dont la hauteur sous plafond est supérieure à 1 m 80 » : sont ainsi considérés comme surfaces taxables tous types de bâtiments et leurs annexes (celliers, abris de jardin, vérandas), de même que toutes extensions de plus de 20 m², telles les vérandas. Même chose pour la taxe foncière, susceptible d’augmenter pour une extension de plus de 20 m².

Déclaration auprès de la commune

Comme pour tous travaux d’extension, une autorisation administrative de la commune est requise. Si la surface de la véranda ne dépasse pas 40 m², une déclaration de travaux suffit. Au-delà, un permis de construire est exigé. Et, au-delà de 150 m², construire une véranda nécessite le recours à un architecte.

Le prix d’une véranda au m² varie du simple au triple, de 1 000 € à 3 000 € environ selon la structure sélectionnée : aluminium, bois, PVC, fer forgé, voire véranda sur mesure. Ce tarif dépend aussi du type d’isolation souhaité : vitrage simple, double ou triple, voire « sécurisé ». Une base à laquelle il faut ajouter les travaux de terrassement, de montage et d’isolation, soit entre 45 € et 50 € de l’heure.